Très chère Diane,

D’abord, j’espère que tu vas bien.

Je viens de terminer à l’instant la lecture (-j’ai dévoré serait plus juste!-) de ton Bouquet d’ESPOIR. Ah! maudite anxiété qui m’a empêché de ne pas l’avoir fait plus tôt… Mais trêve de regrets, « Je veux que chaque moment présent, tel un feu de joie, m’éblouisse encore. (Toi).

Diane, je tiens à te remercier d’avoir eu la générosité, la patience et la détermination d’effectuer tes recherches et découvertes, et d’en avoir partagé le fruit. Je sens que ma vie vient de prendre un tournant important avec toute cette manne d’information et de très précieux conseils (tiens, on a autre chose en commun: en écrivant cette dernière phrase, je n’ai pu m’empêcher de pleurer comme un veau… 🙂

Et j’ai hâte de relire  » No Parking » (que j’avais beaucoup aimé lire à l’époque -je n’avais pas le diagnostic-) et lire « À nous deux Parkinson! ».
À la prochaine Diane et encore un grand grand merci!

Avec mon affection,

Jean-François
Publicités